26 juin 2016

22 !!!!

Non, il ne s’agit pas là de l’entame d’une célèbre expression familière mais du nombre de mois qui s’est écoulé depuis notre retour du 1° voyage.

Les quelques quarante participants à ce nouveau voyage se dirigent en autocar vers Gérone (ESP). Deux tiers sont montés à Perpignan et le tiers restant les rejoint au Boulou.

A Gérone, alors que nombre d’entre nous suit le match France-Irlande sur son smartphone, les formalités de check-in et douanières se passent sans encombres. Le Boing 737-800 de la compagnie Ryanair nous dépose à Poznan (POL) vers 20h30.

Un petit moment d’émotion dans le hall de sortie de l’aéroport lorsque Lucya (présidente de l’amicale), Ilona (vice-présidente) et les participants au 1° voyage retrouvent Ania, notre guide de 2014, à nouveau présente avec nous cette fois-ci.

Enfin, nous faisons la connaissance de Maçiek qui sera notre chauffeur durant toute la semaine.

Vers 23h, après un bon diner traditionnel (entrée, plat de résistance et dessert) chacun rejoint sa chambre bien entretenue et plutôt spacieuse. Nous sommes tous dans les starting-blocks pour commencer cette semaine tant attendue au programme alléchant.

Dobranoc à toutes et à tous.

Le 27 juin au matin, après une bonne nuit et un petit déjeuner copieux, nous quittons Poznan (voivodie de Grande Pologne) pour nous diriger vers Torun (voivodie de Poméranie) ville natale de Nicolas Copernic.

En cours de route, Ania nous gratifie d’un cours d’histoire sur la Pologne et développe quelques thèmes comme la situation actuelle du pays, le commerce et l’Ambre. Sitôt arrivés, nous nous dirigeons vers le centre ville pour prendre le déjeuner dans la cave d’un restaurant où une salle agréablement fraîche et spacieuse est aménagée.

A l’issue d’un repas traditionnel (un bouillon ou une soupe en entrée et un plat de résistance) nous entamons la visite du centre ville après un passage nécessaire au bureau de change.

Notre visite débute bien sûr par un arrêt significatif devant la statue en bronze du célèbre astronome Nicolas Copernic. Puis tour à tour nous voyons l’âne des bourgeois suppliciés, la basilique Saint Jean-Baptiste et Saint Jean l’Evangéliste et sa célèbre horloge, la tour penchée (une coutume à plusieurs versions existe : l’idéal pour un homme est de pouvoir rester en équilibre avec les talons, le dos et la nuque collés au mur, autrement … !?), les greniers à blé, la maison de Nicolas Copernic, l’hôtel de ville, un plan relief de la vieille ville pour finir par un petit temps libre autour des boutiques de la spécialité locale : le pain d’épices et ses catherinettes (Katarzynka).

 

– 0 –

 

Ce point de rendez-vous nous sert de regroupement avant de monter dans le bus et rejoindre Gdansk que nous atteindrons vers 21h.

La route est mise à profit par Lucya, Ilona et Ania pour organiser un petit quizz sympathique et instructif opposant les personnes assises du coté gauche du car à celles assises de l’autre coté. Les grands vainqueurs de cette opposition furent bien sûr la bonne ambiance et l’amusement. A tel point que tout ceci se termine par l’interprétation des hymnes de la France et de la Pologne avec en toile de fond les prochains matchs de l’Euro 2016 de Football.

A l’arrivée à l’hôtel, construit sur l’emprise d’une ancienne caserne, un bon diner nous est servi dans une salle agréable au mobilier résolument moderne, ce qui est également le cas de nos chambres équipées d’une douche à l’italienne et décorées de couleurs douces et reposantes. Le court dysfonctionnement de la majorité des cartes magnétiques des chambres des personnes logées au 4° étage n’entame pas la bonne humeur générale.

28 juin 2016

Notre hôtel se trouve à Wrzeszcz arrondissement de Gdansk capitale de la voivodie de Poméranie. Après une nuit réparatrice et un bon petit-déjeuner nous nous dirigeons vers les chantiers navals de Gdansk.

Ce lieu historique a bien changé depuis les événements qui l’on tant marqué durant près de 20 ans à partir de 1970.

Dans les grandes lignes, ils ont été rachetés par un organisme ukrainien,  l’activité principale en termes de chantier est devenue la construction d’éoliennes, une partie des infrastructures restantes est utilisée par le port de Gdynia (ville que l’on découvrira demain), la partie portuaire fonctionne bien et enfin plusieurs hectares ont été rasés et totalement débarrassés de toute infrastructure.

C’est sur cette espèce de grande friche que le Centre Européen de la Solidarité a été construit. On trouve à proximité l’ancien bâtiment de la direction du chantier ainsi que le célèbre portail des chantiers navals qui a été conservé exception faite du nom de Lénine retiré.

Nous passons notre matinée à l’intérieur de ce centre qui ressemble à dessein à un immense navire rouillé échoué sur la grève.

Mais quel changement en franchissant les portes d’entrée !

Des locaux gigantesques et modernes, 6 étages, une terrasse panoramique, un musée, une médiathèque, une bibliothèque, des salles de conférences, un hall d’accueil …et aussi le bureau de Lech Walesa, domicilié à Gdansk, présent tous les jours sauf en cas de déplacement. Ce jour-là nous ne l’avons pas croisé.

Notre visite se limite au musée et à la terrasse panoramique. Ce fut très riche, très documenté, grave aussi et particulièrement intéressant et clair, chacun pouvant individuellement suivre les explications et commentaires de notre guide grâce à un audiophone.

 

– 0 –

 

A l’issue, nous rejoignons à pied un restaurant situé non loin de là en empruntant comme sortie le célèbre portail historique auprès duquel a été érigé un monument à la gloire de ce qui s’est passé ici et à ceux qui en sont morts.

L’après-midi est consacré à la visite du centre ville de Gdansk.

Nous arrivons par les quais très animés de la Motlawa : boutiques dont celles vendant la liqueur locale (Goldwasser), bars, restaurants et promeneurs puis entrons dans la veille ville par la porte de la grue portuaire Brama Zuraw qui à l’époque était activée grâce à 2 cages d’écureuils gigantesques en bois, 5 mètres de diamètre, entraînées par des hommes gaillards et lourds.

A l’intérieur de la ville nous verrons successivement des exemples de construction (fausse façade, terrasse avancée, sous-sol etc. ….) la rue de l’ambre, la gigantesque basilique Sainte Marie (Mariacka), l’arsenal, l’hôtel de ville et son beffroi, la fontaine de Neptune.

Arrivés à ce lieu symbolique nous bénéficions d’un temps libre permettant de chacun de passer un bon moment dans ce centre ville très animé notamment par les orchestres ou groupes d’artistes qui s’y produisent. Et même si une averse orageuse refroidit un instant la bonne ambiance générale, les activités reprennent de plus belle après ce court intermède.

Vers 19h il est temps pour les membres de l’amicale de rejoindre l’hôtel pour le repas et une soirée festive.

 

 

 

 

En effet, au cours du repas, Lucya fait le tour des tables pour convier chacun à une soirée amicale qui aura lieu dans une salle adjacente.

Vers 21h tout le monde est présent. Jean, trésorier de l’amicale arrive avec son accordéon et l’ambiance grimpe vite avec la Vodka et la Zubrowka amenées par Lucya, Ilona et Ania. Jean s’installe dans un coin de la pièce et joue des morceaux polonais accompagné pour le chant par Marie (son épouse), Corinne, Annie, Sylviane et Janus. Mais aussi par nos 3 organisatrices et tous ceux qui connaissent les chansons et leurs paroles.

Un renfort inattendu se présente, il s’agit d’une amie (et sa fille) de longue date de Lucya  qui participe activement tout au long de sa présence.

A l’issue des chants polonais, on passe aux chants français repris en chœur, Jean ayant judicieusement amené avec lui quelques photocopies des chansons à interpréter. L’ambiance est formidable tout le monde se laisse gentiment aller en participant : chants, battements rythmés des mains etc.

Mais tout a une fin et c’est vers 23h passées que chacun repart heureux dans sa chambre en prévision de la longue journée du lendemain. Ania nous demandant de ne pas oublier le maillot de bain car nous serons sur les plages de la Mer Baltique.

« 1 de 2 »

29 juin 2016

En ce mercredi matin (après avoir pris notre petit déjeuner ainsi que le  maillot de bain pour les volontaires) c’est sous un temps menaçant que nous rejoignons Oliwa un arrondissement de Gdansk. Chemin faisant nous passons devant la propriété de Lech Walesa puis arrivons à la cathédrale d’Oliwa que nous allons parcourir avant d’assister à un concert.

Ce très bel édifice religieux est tout particulièrement réputé pour son orgue gigantesque composé de plus de 8 000 tubes ainsi que pour l’animation de certaines parties, petits anges et instruments de musique.

Comme prévu le concert commence à 10h et ce pour une durée d’une quarantaine de minutes. Assis silencieusement dans la cathédrale le public écoute avec attention les différents morceaux qui se succèdent.

Au risque de se faire un torticolis certains se retournent pour voir les petites animations. Il semblerait que certains aient vu aussi bouger les tuyaux mais là il est vraisemblable qu’il s’agit plutôt des conséquences des effluves de la Vodka ou de la Zubrowka bue la veille. Bref !!!!

Tout au long de cette visite et de ce concert beaucoup sont restés admiratifs par la « valse des balais » donnée par 2 dames maintenant les lieux particulièrement propres. Bravo à ces dames méritantes et pleines d’abnégation alors que plus de 400 personnes étaient présentes et déambulaient sans précaution dans tout l’espace.

A l’issue un petit tour est fait dans le parc attenant, organisé pour moitié à la française et pour moitié à l’anglaise,  où l’on trouve notamment un cloître et les inévitables petits commerces.

 

 

 

 

Taquine, Ania revient dans le bus avec une feuille d’érable en main à l’attention des messieurs ayant oublié leur maillot de bain pour se baigner dans la Mer Baltique. On s’en doute bien, quelques plaisanteries sur la taille et le format de la dite feuille fusèrent.

Nous nous dirigeons maintenant vers Gdynia en traversant Sopot (que nous verrons l’après-midi).

Gdynia fait partie avec Gdansk et Sopot de la Tricité. Gdynia doit son développement à la construction de son port dont le but était de garantir autonomie et liberté à la Pologne.

Il est impossible de tout voir en si peu de temps aussi nous nous dirigeons naturellement vers le port et plus précisément vers une de ses avancées appelée « allée des bateaux à passagers ». C’est notre 1° contact visuel avec la Mer Baltique et nous pouvons observer, scellées dans le quai, les plaques commémoratives gravées des bâtiments ayant accosté comme par exemple les paquebots de la compagnie MSC. Nous remontons le quai avec la mer sur notre droite et les boutiques traditionnelles sur notre gauche. Nous approchons puis longeons le Dar Pomorza, trois-mâts ayant servi de bateau-école à la marine marchande polonaise et devenu bateau-musée après son remplacement par le Dar Mlodziezy.

Ce magnifique bateau donne des idées à Jacqueline et Christian qui achètent dans la boutique d’en face 2 casquettes de marin qu’ils ne quitteront plus ! Cet achat se révèle de circonstance puisqu’à la suite de ce voilier nous passons devant l’ORP Blyskanica, ancien destroyer de la marine polonaise.

Il est maintenant temps de prendre le déjeuner et tout en nous dirigeant à pied vers le centre ville nous faisons une petite halte devant le monument érigé à l’occasion de la tenue annuelle du festival du film polonais.

 

– 0 –

 

Après un repas composé de pierogi et d’une tarte aux pommes à la cannelle nous prenons la direction de Sopot.

Située entre Gdansk et Gdynia, Sopot est une ville balnéaire (elle le doit notamment à Jean Georges Haffner médecin militaire français dans la Grande Armée)  aérée avec de belles villas et leurs fameuses vérandas, très touristique avec en point d’orgue sa longue jetée en bois de plus de 500 mètres sur la Mer Baltique et sa célèbre maison tordue.

Face à la jetée on trouve le Grand Hôtel où séjourna notamment Charles de Gaulle.

Il se tient également ici le festival international de la chanson gagné à 2 reprises par la France.

 

 

 

 

Après un bon temps libre nous regagnons l’hôtel pour le diner. Sur la route, Lucya nous annonce qu’un petit apéritif sera organisé pour finir les bouteilles qui ont été entamées la veille.

Il est vrai que des cas d’évaporation rapide ont été signalés dans le secteur et qu’il serait ballot voire coupable, en ces temps de restriction, de se livrer à  du gaspillage !!!!

Tout le monde répond présent à cette excellente idée et nous nous retrouvons dehors assis sur des marches d’escalier (genre petit forum). Ce début de soirée s’écoule au rythme des morceaux joués par Jean et chantés par le reste des membres qui semblent parler de mieux en mieux polonais   à mesure que les bouteilles s’assèchent.

Cette saine ambiance se révèle contagieuse puisqu’une tablée de 4 anglaises assises près de nous participent à ce bon moment en chantant, applaudissant et dansant même. Mémorable !!!!

A l’issue nous prenons notre repas encore une fois fort apprécié.

En raison de la qualité générale du restaurant : pièce claire et spacieuse, décoration reposante, mobilier fonctionnel et moderne, petits déjeuners complets, diners bien présentés et bons, et enfin gentillesse des serveurs il est décidé sur une idée d’Hélène de remercier le personnel.

Lucya laisse à Hélène le soin de féliciter, en français avec une traduction d’Ania, le chef qui a été appelé avec ses serveurs.

S’en suis une reprise spontanée de la chanson « boire un petit coup c’est agréable ».

Le chef et ses serveurs sont particulièrement touchés par cette attention et c’est très chaleureusement que tout le monde se quitte.

Aujourd’hui 30 juin nous allons rejoindre Varsovie distante de 350 km avec une étape prévue à  Malbork où se trouve le château de l’ordre des chevaliers teutoniques.

Mais un contretemps fâcheux vient perturber notre programme bien huilé. En effet, durant la nuit des individus ont visité notre bus et celui d’un autre groupe  stationnés à l’arrière de l’hôtel.

Au final nous avons de la chance, notre bus a été ouvert mais sans dégâts et pour un butin plutôt maigre cartes routières et documents sans valeur et sans grand intérêt. En revanche, pour le groupe allemand il y a eu fracture d’une vitre et le reste à découvrir.

Nous leur souhaitons bonne continuation et démarrons en direction  de la forteresse Marienbourg de l’ordre des chevaliers teutoniques à Malbork.

Le parcours, qui se termine dans la campagne et qui emprunte sur quelques kilomètres une route pavée et rugueuse nous met dans l’ambiance et semble nous projeter dans le temps où ce fort fut construit c’est à dire vers le 13° siècle.

Il est beau, massif et impressionnant à la fois ce château de briques rouges bien sûr nécessairement réhabilité à plusieurs reprises.

Nous sommes, après avoir traversé  plusieurs enceintes, accueillis par une guide parlant français qui va nous faire découvrir cette forteresse. A l’approche du cœur du château nous croisons des personnes habillées en tenue d’époque ce qui donne l’occasion de faire quelques photos de groupe.

Notre visite dure plus de 2 heures.

Nous voyons l’organisation générale du château, sa position stratégique, ses défenses, son fonctionnement, sa vie à l’intérieur avec ses aspects journaliers comme les commodités ou ses idées innovantes comme la récupération de la chaleur et aussi tout un musée consacré à l’ambre avec des pièces et des réalisations tout à fait exceptionnelles.

Cette visite tout particulièrement intéressante se termine par les inévitables boutiques intérieures ou extérieures au château.

 

– 0 –

 

Cette visite terminée, nous reprenons notre route pour Varsovie réellement vers 15h après avoir fait un petit arrêt pour le déjeuner.

Presque 5h de route nous attendent mais finalement le temps va passer  plutôt vite.

Tout d’abord, nous passons à quelques km seulement de Grunwald lieu de la célèbre bataille de 1410 où le royaume de Pologne défait sévèrement les chevaliers teutoniques. C’est une occasion de se remémorer la visite du matin et de se rappeler de la célèbre statue monumentale auprès de la laquelle nous nous garions à Cracovie lors du 1° voyage en 2014.

Puis nous quittons l’autoroute pour une certaine durée et avons l’occasion d’observer tous les ouvrages d’art en cours de construction (ponts, tunnels, échangeurs, bretelles, murs anti-bruit etc.) ainsi que tous les camions et engins de chantiers au travail et enfin une suite ininterrompue de zones déboisées, défrichées et nivelées prêtes à recevoir le revêtement d’une prochaine voie rapide.

Un chantier titanesque sur plusieurs km.

Tout ceci nous amène vers 16h  passées et ce moment est mis à profit pour faire une courte pause dans une station service.

Nous reprenons la route et Lucya, Ilona et Ania nous proposent un quizz instructif préparé par elles-mêmes sous la forme de petits billets distribués à chaque membre de l’amicale. Sur ces billets figurent 3 réponses. A l’énoncé de la question celle ou celui qui pense avoir la réponse doit se diriger vers l’avant du bus pour la donner, au micro, sous la haute vérification de nos organisatrices.

Nous ayant préparé près de 50 questions ce quizz très plaisant dure pratiquement 1 heure. Quel travail de réflexion et d’organisation !!!!

A l’issue, Lucya nous apprend mystérieusement et énigmatiquement que le ou les vainqueurs seront félicités plus tard avec une récompense.

Dont acte.

 

 

 

Mais le temps a passé et nous approchons de la capitale de la Pologne.

En fait, nous allons longer la Vistule en observant sur notre droite le vieux Varsovie et ses belles et/ou hautes constructions et sur la gauche au delà du fleuve des constructions plus diversifiées dont le splendide et imposant, par sa taille, stade de football  Stadion Narodowy paré de rouge et blanc, construit à l’occasion de la Coupe d’Europe de Football organisée conjointement en 2012 sur les territoires de la Pologne et de l’Ukraine.

Cette vue tombe bien si je puis dire car ce soir la Pologne rencontre le Portugal dans le cadre des 1/4 de finale de la coupe d’Europe de Football 2016.

On a l’impression que toute la ville s’est parée de rouge et blanc. Des rassemblements sont organisés tout le long de la Vistule peut être des fan-zones, les écharpes ainsi que les maillots sont de sortie, les drapeaux sont agités, les fanions sont accrochés aux voitures habillées de housse bi-colore aux rétroviseurs, des posters géants de Lewandowski (figure de proue de la nation en matière de football) peuvent être vus sur de nombreux panneaux publicitaires, une ambiance bruyante et klaxonnante, un engouement général alors que cette fois-ci nous longeons sur notre droite le stade du Légia de Varsovie club mythique de la ville.

Vers 21h tout le monde doit se retrouver devant les téléviseurs pour suivre ce match qui promet.

Nous arrivons à notre hôtel vers 20h30. Le temps de percevoir les clés des chambres, d’y déposer nos affaires, de descendre faire la queue à un buffet disons un peu chiche nous nous installons dans une des petites salles à manger avec vue obligatoire sur un des nombreux écrans installés.

Hélas ! Après un début en fanfare, grâce à un but de l’inévitable Lewandowski, la Pologne va se faire rejoindre au score et va être éliminée lors de la série des tirs au but. Evidemment l’ambiance retombe un peu mais la Pologne a donné du plaisir à tous ses supporters.

« 1 de 2 »

01 juillet 2016

9 heures le départ en cet antépénultième jour du voyage. Nous sommes en voïvodie de Mazovie.

Nous traversons cette grande métropole en bus pour y voir constructions ou statues (dont celle du Général de Gaulle) avec les commentaires appropriés d’Ania.

Nous descendons à proximité du monument de l’insurrection très émouvant et représentatif, nous passons près de la maison natale de Marie Sklodowska-Curie, puis Ania nous fait faire un petit crochet par la statue du « petit insurgé » puis par la barbacane et les remparts de la vieille ville. Ensuite nous faisons une petite halte commentée sur la place de la Sirène où se trouve également un restaurant Baziliszek où aurait sévi le légendaire dragon du même nom. En continuant par les petites rues étroites où toute une vie touristique s’organise nous longeons le sanctuaire de la Vierge Gracieuse puis la cathédrale Saint Jean pour déboucher sur la place du château royal sur laquelle est érigée à plus de 20 m de haut la statue du roi Sigismond III Vasa qui déplaça la cour de Cracovie à Varsovie à la fin du 16° siècle. Le jour de notre passage, une écharpe de l’équipe de football de la Pologne pendait sur son épaule gauche !!!!

C’est sur cette place qu’un temps libre nous est accordé pour ceux qui veulent boire une bière et celles qui veulent faire du shopping !!!! L’inverse est possible aussi.

A l’issue de cet arrêt, Ania propose à ceux qui le désirent de faire un petit circuit de 1 heure sous la forme d’un aller-retour jusqu’à l’église de Sainte Croix.

Une majorité accepte, les autres pouvant poursuivre leurs occupations, tout le monde devant se retrouver dans 1 heure dans un restaurant situé sur la place.

Le groupe de volontaires part pour l’église Sainte Croix en empruntant la célèbre avenue Krakowskie Przedmiescie et découvre sur l’itinéraire des représentations du peintre védutiste Bellotto (Canaletto) dont les chefs d’œuvres participeront grandement à la reconstruction à l’identique de Varsovie, la statue d’Adam Mickiewicz célèbre écrivain et poète polonais un temps enseignant au collège de france et un temps enterré en France, la statue de Jozef Antoni Poniatowski qui fut notamment Maréchal d’Empire, sa statue est érigée dans la cour du Palais Présidentiel où les marques de commémoration de la catastrophe de Smolensk (RUS) en 2010 font polémique, les bancs musicaux installés sur le large trottoir longeant l’église Sainte Croix.

C’est dans cette église que repose, dans un des piliers, le cœur de Frédéric Chopin. C’est également dans cette église qu’eu lieu la messe retransmise après les accords de Gdansk.

Après la prise des photos souvenirs le groupe rejoint l’autre groupe au restaurant pour un repas classique.

 

– 0 –

 

A l’issue et sous une chaleur devenue accablante nous rejoignons le bus stationné le long du Jardin de Saxe (Ogrod Saski), on passe devant le monument du Soldat Inconnu et on s’y arrête car précisément au moment de notre passage a lieu la relève de la garde d’honneur.  Une fois les photos prises nous montons dans le bus pour rejoindre le Parc Lazienski.

Arrivés dans ce parc magnifique nous enregistrons la défection d’une 1° personne fatiguée (d’autres suivront) par la chaleur régnante s’ajoutant à un ennui physique. Elle décide de rester dans le bus et de nous attendre à la sortie du parc.

La visite, à un rythme apaisé pour profiter de la fraîcheur apportée par les arbres et de la présence de nombreux bancs, nous permet de voir successivement la statue de Fréderic Chopin représenté assis sous un saule, la vieille orangeraie, l’allée des lampions (celle-ci nous rappelle qu’aux 17° et 18° siècles l’influence chinoise était très présente en Europe), des paons mais surtout des écureuils roux peu sauvages, puis le Palais sur L’Eau, voulu par le roi Stanilas August Poniatowski, et construit sur une île artificielle au milieu d’un lac. Ce magnifique bâtiment est devenu un musée que nous allons visiter par demi-groupe.

Ceux qui attendent dehors ont le plaisir de faire la connaissance d’une partie de la famille d’Ania, heureuse de voir sa maman et son papa accompagnés de ses 2 garçons.

 

 

 

 

Juste avant cette dernière halte, nous avions longé un petit débit de boissons non alcoolisées, avec son stand de glace et ses tonnelles installées sous les arbres, appelé « Trou Madame ».

A l’attention des petits coquins à l’esprit vif il est précisé ici qu’à cet instant du récit aucun lien ne peut être établi entre l’absence de certains membres de l’amicale et l’appellation susnommée !!!!

C’est à cet endroit calme et reposant que Lucya donne rendez-vous à tout le monde pour 19h. En effet, l’Amicale nous offre, une glace et une boisson fraîche qui seront les bienvenues, pour nous remercier de la participation et nous féliciter pour les bons résultats du quizz organisé la veille dans le bus. Evidemment il n’y a que des vainqueurs.

Encore une fois merci à Lucya, Ilona et Ania.

Peu avant 20h, nous rejoignons le bus, récupérons les égarés et retournons à l’hôtel pour dîner et se reposer après une journée fatigante pour certains, en raison de la chaleur et des distances parcourues.

Néanmoins, certains insatiables profitent de la proximité de l’hôtel avec le centre ville pour aller y faire un tour à l’issue du repas en empruntant le métro.

« 1 de 2 »

02 juillet 2016

Pour cet avant-dernier jour du voyage nous avons une nouvelle fois du beau temps et de la chaleur.

Dès 8h45, après avoir longé l’arrondissement de Wola à Varsovie (considéré comme le lieu du plus grand massacre de polonais du 5 au 8 août 1944) nous partons pour la ville de Niepokalanow située à environ 50 km de Varsovie.

C’est dans cette ville, puis ailleurs dans le monde,  que le père Maximilien Kolbe entreprit la création de lieux de culte dédiés à la Vierge Marie. Nous pourrons visiter la chapelle en bois où il priait ainsi que quelques dépendances qui ont pu être conservées. Mais cet apôtre de la bonté et de la fraternité fut arrêté en 1941 et mourût en martyr au camp d’Auschwitz la même année. C’est en 1982 qu’il fut canonisé par le pape Jean-Paul II. Nous pourrons également voir sur place le sanctuaire de Notre-Dame l’Immaculée et de Saint-Maximilien Kolbe.

Puis nous faisons un saut de puce pour Zelazowa Wola distante d’une quinzaine de km.

C’est le lieu de naissance de Frédéric Chopin compositeur et pianiste virtuose du 19 siècle. Dans ce village nous voyons la maison natale. Elle est située dans un magnifique parc fleuri et arboré dans lequel sont disposés de nombreux bancs ainsi que des enceintes acoustiques intégrées à la végétation. Nous pouvons y écouter un concert d’une trentaine de minutes consacré à l’œuvre du maître.

A l’issue nous bénéficions sur place d’un temps libre pour flâner musicalement ou acheter quelques souvenirs auprès des immanquables boutiques ou se désaltérer au bar/restaurant du parc. Nous y pennons d’ailleurs un bon repas de midi avant de reprendre la route pour Varsovie.

 

– 0 –

 

Nous arrivons dans l’arrondissement de Wola, (longé le matin) pour visiter le musée de l’insurrection.

Il est installé dans une ancienne centrale électrique de tramways (construction en briques rouges) et a ouvert ses portes en 2004. Beaucoup de choses dans ce musée que nous visitons par demi-groupe par exemple une réplique du célèbre avion Liberator, la présence d’une chapelle, une petite salle de projection où nous voyons une reconstitution 3D de la ville des ruines comme si nous étions pilote d’un Liberator, un battement de cœur volontairement lancinant qui nous accompagne etc.

Après cette visite instructive mais assez dure en termes de contexte nous partons pour le gigantesque centre commercial Arkadia pour permettre à chacun soit d’effectuer ses derniers achats avant le retour en France prévu le lendemain, soit de parcourir les nombreuses enseignes installées soit de se détendre, en climatisé, dans les lieux de vie.

Vers 19h30, nous nous dirigeons vers l’hôtel pour un repas peu réussi. La moitié des locaux a été réservée pour un repas d’entreprise et du coup le self se trouve en rupture chronique d’approvisionnements.

Mais tout cela ne nous empêche pas d’aménager une pièce pour nous réunir et pour boire un dernier verre de l’amitié, de chanter des chansons polonaises puis françaises, de déguster une dernière ou une avant-dernière Vodka ou Zubrowka et faire une point sur ce magnifique voyage particulièrement réussi, riche et dense.

« 1 de 2 »

03 juillet visite du Palais des congrès et départ pour Poznan et retour à Gérone

En ce dimanche matin pluvieux, dernier jour de notre voyage, nous chargeons nos valises à partir de 8h30 et quittons l’hôtel vers 9h pour nous rendre  au palais de la culture et de la science.

Ce bâtiment, construit au début des années 1950, est le plus haut de Varsovie et constitue un don de la Russie à la Pologne. Nous y allons essentiellement pour monter au 30° étage où est aménagée une terrasse panoramique piétonnière. Hélas le temps n’est pas de la partie et même si les points de vue sont magnifiques et instructifs il manque certaines vues d’horizon comme l’au delà de la Vistule.

Une fois les photos prises et les petits achats effectués nous partons pour un petit tour de la ville, pour voir par exemple des bâtiments d’origine et des  bâtiments reconstruits, puis nous faisons une halte à l’église catholique Saint Stanislas-Kostka à côté de laquelle se trouve la tombe du prêtre Jerzy Popielusko mort en 1984. Il était l’aumônier du mouvement social Solidarnosc et dans ses homélies il critiquait vigoureusement les agissements brutaux du pouvoir en place. Suivi et écouté par un nombre grandissant de personnes (dont le pape Jean-Paul II) à Varsovie puis dans toute la Pologne il était devenu une cible. Assassiné, martyr de la foi, son procès en béatification a été ouvert en 1997.

Mais il est temps de se rapprocher de Poznan distante de plus de 300 km de Varsovie. En route nous faisons un arrêt dans un restaurant de Pruszków pour y prendre un déjeuner généreux et recevoir un casse-croûte copieux pour le repas du soir.

Vers 14h nous partons pour l’aéroport de Poznan-Lawica, l’avion devant décoller à 21h juste au moment où commencera, en France,  le match comptant pour la 1/2 finale de football opposant la France à l’Islande.

A partir de ce moment là tout va aller très vite, dans un premier temps Ilona va nous distribuer des petits souvenirs de la Pologne de la part de l’agence de tourisme Lemon&Line, puis une petite discussion (animée par Ilona) va se tenir sur les principaux ressentis de cette belle semaine enfin Jean va nous faire plaisir en s’installant au fond du bus pour nous jouer quelques morceaux polonais ou français avec un accompagnement de plus en plus fourni de la part des passagers.

Arrivés à l’aéroport, il est temps de procéder aux enregistrements, de consommer le casse-croûte, de passer le contrôle des douanes, de rejoindre à pied l’avion bondé (toujours un 737) puis de décoller pour Gérone dans une ambiance sympathique mais bruyante en raison du nombre important de jeunes et très jeunes voyageant avec nous.

L’horaire est particulièrement bien respecté, à Gérone nous apprenons que la France mène 4-0 dans son match qui l’oppose à l’Islande, le bus venu de France nous récupère rapidement, Lucya en profite pour nous délivrer quelques mots aimables et nous annoncer qu’une soirée sous une forme à définir aura lieu en septembre à Perpignan, l’arrivée au Boulou permet à 11 membres de descendre, c’est le moment des au revoir, Lucya et Ilona descendent un court instant car le bus doit continuer pour Perpignan.

 

Do widzenia do zobaczenia wkrotce !!!!

Quel beau voyage !!!!

 

Un voyage riche en visites, informations et thèmes. Un voyage dense aussi avec un emploi du temps copieux et des journées bien remplies.

On a également apprécié de pouvoir le relier au précédent que ce soit en termes d’histoire, de parcours de personnalités ou de lieux.

 

En termes d’histoire nous avions abordé la 2° guerre mondiale avec Auschwitz, Auschwitch-Birkenau, les ateliers de Schindler, la place des héros du ghetto de Cracovie (Plac Bohaterow getta) puis ici à Varsovie nous avons vu le monument puis le musée de l’insurrection, le quartier Wola, le petit insurgé ou le destin tragique de Maximilien Kolbé. Historiquement nous avons aussi croisé plusieurs fois la route des chevaliers teutoniques.

 

En termes de personnages célèbres nous avons beaucoup appris sur le pape Jean Paul II sa ville et sa maison natales (ainsi que sa pâtisserie préférée), ses lieux de présence à Cracovie puis son implication au côté de Solidarnosc, sa canonisation de Maximilien Kolbé ou l’ouverture du procès en béatification de Jerzy Popiulresku. Mais on pourrait aussi citer les parcours de Nicolas Copernic, de Frédèric Chopin, de Marie Sklodowska-Curie ou de Lech Walesa.

 

Enfin en termes de lieux nous avons aussi bien approché les destinations touristiques à la montagne de Zakopane et à la mer de Sopot ainsi que la richesse du sol polonais en sel à Wieliczka et en ambre en Poméranie.

 

On a même ramené un membre de l”orchestre folklorique des Tatras.

Il y a 2 ans il jouait du violoncelle et maintenant on découvre tous ses talents d’accordéoniste. Merci à Jean et à son chœur pour tous ces moments conviviaux et musicaux grâce aussi à un accordéon de 8 kg, ce n’est pas anecdotique, qu’il a bien fallu transporter.

 

Merci à Lucja, Ilona et Ania pour ce programme bien construit et cohérent, pour leur gentillesse et tout le soin mis à entretenir une saine et bonne ambiance générale et familiale .